Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
ici et nulle part ailleurs

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies et autres tags pour vous proposer des publicités personnalisées, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux et analyser l’audience du site internet. Certaines informations peuvent être partagées avec des partenaires de Century 21. Pour plus d’informations et paramétrer le dépôt des cookies, cliquez ici. J’accepte. X

Bienvenue chez CENTURY 21 Maison Sabot, Agence immobilière BOUCHEMAINE 49080

L'actualité de CENTURY 21 Maison Sabot

La loi 'ALUR" modifiée afin de relancer les ventes immoblières

Publiée le 29/08/2015

ylvia Pinel a présenté ce mercredi 26 août, en Conseil des ministres, une mesure destinée à fluidifier à nouveau le marché. C'est du moins ce qu'espère le ministère.

(LaVieImmo.com) - Ça y est, la loi Alur est officiellement réajustée. La ministre du Logement a annoncé en Conseil des ministres une ordonnance visant à simplifier les transactions immobilières. « Tout en améliorant les modalités d’information de l’acquéreur, dès le stade de la promesse de vente, sur le bien dont il va devenir propriétaire », précise le ministère dans un communiqué. Un texte qui, des mots même du ministère, «amende » les dispositions de la loi portée par l'ex-ministre du Logement Cécile Duflot. Ce qui permettra, du moins l'espère le gouvernement, de fluidifier les transactions immobilières.

Qu'est-ce qui change ? Les documents et éléments d’information requis dans le cadre d'une vente, nombreux depuis la loi Alur déploraient les professionnels, ne devront plus obligatoirement être annexés à la promesse de vente. Ils « pourront être remis à l'acquéreur en amont de la signature de la promesse, et transmis sur tout support et tout moyen, y compris sous forme dématérialisée », selon le texte cité par le ministère.

 

Pour les copropriétaires, les informations financières de la copropriété seront par ailleurs recentrées sur les seuls éléments utiles pour l’acquéreur, et l’établissement des éléments nécessaires à cette information sera simplifié. L'information à transmettre à l'acheteur sera enfin « adaptée en fonction de la situation de l'acquéreur ou du bien ». Par exemple, l’obligation de transmettre des informations sur la copropriété sera supprimée au cas où l’acquéreur est déjà copropriétaire d’un autre lot, de même que les documents exigibles en cas de ventes de lots secondaires, tels que les caves, parking etc.

L'ordonnance, très attendue du côté des professionnels de l'immobilier, bénéficie de l'aval du Conseil supérieur du notariat (CSN) et du Conseil national de la transaction et de la gestion immobilières (CNTGI), l'organe chargé de chapeauter les agents immobiliers, syndics et gestionnaires de biens, fait-on savoir au ministère.

Notre actualité